La_Trinite2

Ma commune

La Trinité est une commune d’environ 10 000 habitants, limitrophe de Nice au nord-est.

Peu connue des guides touristiques, elle a pourtant une histoire qui vaut d’être rappelée.

Située au bord du Paillon et sur le trajet de l’antique via Julia Augusta marqué par des bornes romaines encore visibles, elle s’étend jusqu’à Laghet et son sanctuaire du XVIIème siècle, lieu de pélerinage comme en témoignent les nombreux ex-voto à l’entrée du site.

Autre monument historique classé, l’église de la Sainte-Trinité, construite sur les plans de l’architecte niçois Vernier, serait la réplique de l’église Gran Madre di Dio située à Turin, ville qui fut pendant trois siècles pour le Comté de Nice la capitale du pouvoir central, exercé par la maison de Savoie.

L’Observatoire du Mont-Gros, en partie situé sur la commune, est son troisième Monument historique, magnifique réalisation d’Eiffel et de Garnier.

C’est à La Trinité que naquit Jean-Dominique Blanqui, fondateur à la Révolution d’une Société des amis de la Liberté et de l’Egalité, premier député des Alpes-Maritimes à la Convention où il défendit la réunion du comté de Nice à la France. Il est le père d’Auguste dit « l’Enfermé ».

Détachée en 1818,sous la restauration sarde, de la commune d’Eze et appelée Trinité-Victor en l’honneur du roi Victor-Emmanuel 1er, la commune devint La Trinité en 1951, sur décision du conseil municipal qui ne souhaitait plus la voir associée à la mémoire de cette maison de Savoie, compromise avec le fascisme.

Porte d’entrée de l’ouvrière et contestataire vallée du Paillon, La Trinité subit les affres de la désindustrialisation à la fin du 20ème siècle.

Aujourd’hui rattachée à la Métropole Nice Côte d’Azur, elle mérite mieux que l’incurie dont fait preuve une majorité municipale vassalisée au maire de Nice, et qui la prive des infrastructures nécessaires aux Trinitaires.